Di. 30. juin '20

17:00 Uhr

Herten

Schloss Herten

Kit Armstrong

Pianoforte VIII - Une reprogrammation est probablement nécessaire

Arcadi Volodos auf dem Klavierfestival Ruhr 2020

Ludwig van Beethoven
Sonate Nr. 28 in A-Dur op. 101
Sonate Nr. 29 in B-Dur op. 106 „Hammerklaviersonate“
Sonate Nr. 30 in E-Dur op. 109

(Pianoforte construit par le facteur Conrad Graf)

Doués d’un talent si polyvalent, certains auraient l’embarras du choix ; pour d’autres, c’est un cadeau, un don. Kit Armstrong commença à jouer le piano à l’âge de cinq ans et fit bientôt ses preuves en tant que véritable enfant prodige ; en même temps, il montra une intelligence remarquable dans le domaine des mathématiques et des sciences naturelles. Inscrit comme le plus jeune étudiant universitaire de toute la Californie, il étudia les sciences naturelles, enchaînant des études de musique à Londres et de mathématique à Paris. En même temps, il se mit à la composition ; dans la ville de Hirson, située dans le département de l’Aisne, il acheta une petite église de style art-déco, dans laquelle il donne des concerts. Kit Armstrong adore faire de la bonne cuisine, ainsi que l’art de l’origami. Dans le domaine de la musique, même le piano ne lui suffit plus : il est également fasciné par l’orgue et par les claviers historiques, sur lesquels il s’est produit avec des collègues spécialistes comme l’Akademie für Alte Musik de Berlin. Kit Armstrong est partout acclamé pour son toucher clairement articulé, son phrasé organique et son jeu vif et précis. Pour lui, le jeu sur les claviers historiques n’est pas une simple promenade dominicale ; il est à la recherche du « timbre juste ». Alfred Brendel, son mentor, l’a appelé un « artiste du siècle » ; Armstrong se conçoit en premier lieu comme un musicien, puis comme pianiste. « Le musicien travaille avec des sons qu’il imagine, avec des idées qui n’ont pas encore été réalisées. C’est à partir de tout cela que le pianiste, en tant que tel, crée quelque chose sur son instrument ». Pour ses deux récitals au Festival, Kit Armstrong a sélectionné les sonates « Clair de lune » et « Waldstein », ainsi que les deux sonates en la majeur, op. 101, et en mi majeur, op. 109, qui figurent parmi les dernières de Beethoven, le tout associé avec la « Grande Sonate pour le Hammerklaiver » en si bémol majeur, op. 106. Cette dernière est nettement plus exigeante que les précédentes, dû au fait qu’en 1817 Beethoven avait reçu un nouvel instrument fait par le facteur Broadwood, un pianoforte qui dépassait clairement les instruments viennois en termes de volume et d’étendue du clavier. Kit Armstrong jouera sur un pianoforte de la collection d’Edwin Beunk, collectionneur néerlandais spécialisé dans la restauration de claviers historiques.
Ajoutez ce concert à votre calendrier

Accès en voiture

Google Maps Generator by embedgooglemap.net
Adresse du site

Schloss Herten

Im Schlosspark 2

45699 Herten
Accès en train
Plus

Informations

Kit Armstrong

Kaum ein Musiker verdient den Titel “Ausnahme-Künstler” wie der 1992 in Los Angeles geborene Kit Armstrong. Von der Süddeutschen Zeitung als “Staunen erregend, nur als musikalisches Phänomen ...

MEHR ERFAHREN

Château de Herten

Das spätgotische Wasserschloss Herten liegt inmitten eines alten englischen Landschaftsgartens. Seit seiner Renovierung in den 70er Jahren gehört das Schloss Herten zu den schönsten Baudenkmälern ...

MEHR ERFAHREN

Entdecken Sie folgende

ABONNEMENTS

LISTE D'ATTENTE

Votre concert préféré est déjà complet? Veuillez vous ajouter à la liste d’attente. S’il y a une chance sur les cartes, nous vous contacterons! Veuillez utiliser ce formulaire uniquement pour un événement à la fois.